Le blog de Clair de Plume : chroniques du quotidien d'une secrétaire médicale et jardinage bio

dimanche 28 mars 2010

On va encore en baver (2)

Une autre méthode de lutte biologique contre les limaces est récemment apparue : les nématodes.
Les nématodes sont une classe de parasites naturels (les ascaris sont des nématodes). Ceux dont il est question ici ont pour hÎtes les limaces et autres invertébrés, et sont inoffensifs pour les mammifÚres. Une limace atteinte dépérit rapidement et meurt. Les parasites qu'elle abritait s'échappent de son corps et vont infester d'autres limaces. Si tout se passe bien, les nématodes peuvent débarrasser un jardin des indésirables pendant toute une saison.
Tout cela semble bel et bon, mais l'utilisation de ces redoutables auxiliaires présente tout de même quelques inconvénients.
Tout d'abord, les nématodes, ça coûte un bras. Ensuite, ces charmants parasites s'attaquent à TOUS les mollusques du jardin, donc également aux escargots.

Ils n'épargnent donc ni les "petits gris":



ni ces petits escargots de toutes les couleurs absolument charmants :


pas plus que les lymnées :



Et celui-là, il est rigolo, on dirait un bulot :



et celui-ci est tout plat (et il transporte un passager clandestin, en plus) :



J'ai aussi ces petits spécimens allongés, qui ne mesurent pas plus d'un centimÚtre de long, et que je rencontre en priorité, je ne sais pourquoi, sur les sureaux :



De plus, il faut choisir pour l'épandage des nématodes un jour où il ne fait pas trop froid, et où l'hygrométrie est suffisante. Bref, trop de contraintes, trop de dommages collatéraux.


Il nous faudra donc adopter un autre moyen de lutte contre les limaces.
Si on a une cheminée ou un poêle à bois, on peut, au pied des plantes que l'on souhaite protéger, étaler de la cendre, sur laquelle leur mucus n'adhÚre pas. Ҫa marche (un peu), et la cendre apporte des éléments nutritifs au sol. Cependant, il est nécessaire de renouveler l'application aprÚs chaque averse, et il faut en mettre vraiment beaucoup.


(A SUIVRE)

jeudi 25 mars 2010

On va encore en baver

Elles sont là, elles reviennent...


Elles sont encore toutes petites... mais patience.

L'hiver ne les a pas exterminées, loin s'en faut. Il va falloir lutter encore, et encore, et encore... sans la moindre relâche.

Il existe plusieurs moyens de lutte contre les limaces.
Le tue-limace au métaldéhyde n'est pas utilisé en bio. Il est extrêmement toxique pour les chats, les chiens et les hérissons. L'employer, c'est mal.
On oublie.

Il existe aujourd'hui des granulés anti-limaces au phosphate de fer, inoffensifs pour les animaux à sang chaud. D'ailleurs, certains chats les préfÚrent à leurs croquettes. Je soupçonne également les hérissons de prélever leur part.
Ce produit est censé agir comme suit : la limace ingÚre les granulés. Le phosphate de fer lui fait perdre l'appétit ; elle cesse de se nourrir et s'en va mourir de faim dans un coin.



Fort bien.
Seulement, comme les chats et les hérissons passent leur temps à béqueter les granulés, impossible de savoir si ce sont bien les limaces qui les ont mangés. Et comme on ne trouve pas de cadavre, on ne peut jamais être bien sûr que nos efforts ont porté leurs fruits.
Si ça se trouve, ce truc est la plus grande arnaque du siÚcle. Mais c'est bio, alors j'en mets quand même.


(A SUIVRE)

samedi 13 mars 2010

Un dîner presque parfait












vendredi 5 mars 2010

Changement d'objectif

J'ai un nouvel appareil photo.
Avant, je me servais d'un Fuji FinePix A610.


Le Fuji FinePix A610 photographié avec le Canon

Maintenant, j'ai aussi un Canon PowerShot SX120.


Le Canon PowerShot SX120 photographié avec le Fuji

J'ai aussitÎt testé sa fonction macro à 1 cm (c'est un peu pour ça que je l'ai acheté).
Comme les insectes sont encore rares dehors, j'ai cherché mes sujets à l'intérieur.
Voici un Pholcus, une petite araignée que l'on trouve dans toutes les maisons bien tenues :


Celui-ci est un mâle. Un gros plan d'une femelle :


Ces dames ont du poil aux pattes.
Ensuite, j'ai trouvé une toute petite araignée noire, en train de sortir d'un pot de confiture :


Je ne sais pas à quelle espÚce elle appartient, il faudrait le demander à Richard du Nord.
Avec un peu plus de maîtrise de l'appareil, j'ai réussi à faire cette photo :


La bestiole doit mesurer un millimÚtre de diamÚtre, à tout casser.
Je crois que cet appareil fonctionne bien.
Jardindex,index des sites sur le jardin, le jardinage et les plantes