J'en ai eu cette année.

On se dit toujours : "Non, ça ne peut pas m'arriver, pas à moi".

Eh bien, si.

Cet été, mon jardin était plein de Coccinelles asiatiques !

On connaît l'histoire : la Coccinelle asiatique a été introduite en Europe dans les années 90 dans le cadre de la lutte biologique contre les Pucerons.
Pas de chance : Harmonia axyridis, plus résistante que ses cousines européennes, est également plus agressive et plus vorace. Elle peut ainsi s'attaquer à d'autres insectes que les Pucerons. Quand elle s'en prend aux Psylles ou aux Cochenilles, tout le monde applaudit. Mais là où ça se gâte, c'est quand la monstresse se met à boulotter les larves d'autres Coléoptères, dont les autres Coccinelles.
Fin octobre, elles se rassemblent en grand nombre et s'introduisent dans les maisons afin de tenter d'y passer l'hiver, d'où leur nom anglais de "Halloween beetle".

C'est bien joli tout ça, mais comment les reconnaît-on ?
Ce n'est pas évident, elles sont de toutes les couleurs.
Celle-ci, par exemple, a l'air bien exotique :


C'en est une. Cette autre, avec ses extravagants motifs en demi-lune, également :


Coccinelle asiatique "forme falcata"

Une autre variété sombre :


Coccinelle asiatique "forme lunata"

On distingue bien une sorte de bourrelet à l’arrière des élytres, un des signes qui permet de reconnaître les Coccinelles asiatiques.
Et sur celle-ci...


... on voit un "W" noir sur le pronotum (partie du corps qui est en ce cas précis blanche) de la bestiole. Il s'agit donc d'une asiatique.

A présent que nous sommes rodés, continuons notre enquête.
En voici une qui n'a pas l'air très catholique :


Gagné ! C'est une Coccinelle asiatique "forme faldermanii".

Quant à cette bizarroïde, son compte est bon...


... ah, non, cette fois, le doute s'insinue. Il s'agit peut-être de Halyzia 16 guttata, alias la Grande coccinelle orange, un honnête coléoptère bien de chez nous.

Ah ! cet individu ne va pas nous la faire, avec sa face de citron !

Mais ici nous avons sans doute affaire à Thea vigintiduopunctata, alias Coccinelle à 22 points, végétarienne convaincue qui se nourrit de champignons filamenteux.
En revanche, la plus zarbi, on est fortement tenté de la classer d'office parmi les immigrées clandestines :


Perdu ! C'est Propylea 14 punctata, ou Coccinelle à damier, ou Coccinelle à 14 points, insecte de souche.

Finalement, il vaut peut-être mieux se laisser envahir plutôt que de risquer de commettre une erreur judiciaire.


P.S. : Cet article est éhontément antidaté.
J'assume complètement.