Parce que, chers lecteurs, vous le valez bien.