Le blog de Clair de Plume : chroniques du quotidien d'une secrétaire médicale et jardinage bio

jeudi 20 décembre 2012

Le meilleur moyen de persuader consiste à ne pas persuader (Lautréamont)











jeudi 10 mai 2012

Château Lafleur

L'Aspérule odorante est enfin fleurie :



Si elle est présentée ainsi, c'est qu'il s'agit de ma récolte. En effet, je la cultive dans un but alimentaire.







lundi 31 octobre 2011

Halloween n'est plus ce que c'était

J'en ai eu cette année.

On se dit toujours : "Non, ça ne peut pas m'arriver, pas à moi".

Eh bien, si.

Cet été, mon jardin était plein de Coccinelles asiatiques !

On connaît l'histoire : la Coccinelle asiatique a été introduite en Europe dans les années 90 dans le cadre de la lutte biologique contre les Pucerons.
Pas de chance : Harmonia axyridis, plus résistante que ses cousines européennes, est également plus agressive et plus vorace. Elle peut ainsi s'attaquer à d'autres insectes que les Pucerons. Quand elle s'en prend aux Psylles ou aux Cochenilles, tout le monde applaudit. Mais là où ça se gâte, c'est quand la monstresse se met à boulotter les larves d'autres Coléoptères, dont les autres Coccinelles.
Fin octobre, elles se rassemblent en grand nombre et s'introduisent dans les maisons afin de tenter d'y passer l'hiver, d'où leur nom anglais de "Halloween beetle".

C'est bien joli tout ça, mais comment les reconnaît-on ?
Ce n'est pas évident, elles sont de toutes les couleurs.
Celle-ci, par exemple, a l'air bien exotique :


C'en est une. Cette autre, avec ses extravagants motifs en demi-lune, également :


Coccinelle asiatique "forme falcata"

Une autre variété sombre :


Coccinelle asiatique "forme lunata"

On distingue bien une sorte de bourrelet à l’arrière des élytres, un des signes qui permet de reconnaître les Coccinelles asiatiques.
Et sur celle-ci...


... on voit un "W" noir sur le pronotum (partie du corps qui est en ce cas précis blanche) de la bestiole. Il s'agit donc d'une asiatique.

A présent que nous sommes rodés, continuons notre enquête.
En voici une qui n'a pas l'air très catholique :


Gagné ! C'est une Coccinelle asiatique "forme faldermanii".

Quant à cette bizarroïde, son compte est bon...


... ah, non, cette fois, le doute s'insinue. Il s'agit peut-être de Halyzia 16 guttata, alias la Grande coccinelle orange, un honnête coléoptère bien de chez nous.

Ah ! cet individu ne va pas nous la faire, avec sa face de citron !

Mais ici nous avons sans doute affaire à Thea vigintiduopunctata, alias Coccinelle à 22 points, végétarienne convaincue qui se nourrit de champignons filamenteux.
En revanche, la plus zarbi, on est fortement tenté de la classer d'office parmi les immigrées clandestines :


Perdu ! C'est Propylea 14 punctata, ou Coccinelle à damier, ou Coccinelle à 14 points, insecte de souche.

Finalement, il vaut peut-être mieux se laisser envahir plutôt que de risquer de commettre une erreur judiciaire.


P.S. : Cet article est éhontément antidaté.
J'assume complètement.

dimanche 17 juillet 2011

Vieux, usé, fatiqué...

Woaw, j'ai capturé un gros Frelon avec la Snappy :


Impressionnant par la taille, mais pas très fringant. Il s'agit probablement d'un individu âgé : presque plus de poils, les ailes tout ébréchées... il ne fait même pas peur !
J'en vois tous les ans, mais je n'ai jamais trouvé de nid. Si on veut les observer de plus près, il existe des nichoirs à Frelons à fixer sur un mur.
Cependant, il faut obligatoirement les installer à quatre mètres de hauteur au moins, et savoir se montrer convaincant.

dimanche 1 mai 2011

Drôle de zèbre

On les trouve sur les murs, les terrasses, les endroits chauffés par le soleil. Elles sont toutes petites, mais très mignonnes :


Cette Salticus scenicus ne mesure que cinq millimètres.

Les araignées-zèbres appartiennent à la famille des Saltiques. Ces araignées ne tissent pas de toile. Elles repèrent leurs proies grâce à leur vue excellente, et les capturent en leur sautant dessus. Les Saltiques fabriquent tout de même du fil de soie, avec lequel elles s'arriment au cours de leur progression afin de prévenir les chutes.

Les Saltiques sont toujours en mouvement, se déplaçant par petits bonds saccadés. Elles adoptent souvent des attitudes rigolotes :


Les Saltiques, on ne se lasse pas de les regarder.

lundi 14 mars 2011

Maudit gazon

Les Crocus sont très beaux cette année.


Rien de tel que quelques douzaines de ces bulbes disséminés dans une pelouse pour l'illuminer dès que les jours rallongent.


















lundi 20 décembre 2010

Vol de soirée






jeudi 23 septembre 2010

Comme son nom l'indique

Je les trouve sur les asters, en ce moment :


Rhingia campestris

Les larves des Rhingies long-nez sont coprophages, mais les adultes butinent les fleurs.
On peut observer cette curieuse mouche à l'allure comique jusqu'en novembre.

lundi 30 août 2010

J'ai vu la lumiÚre bleue

C'était au printemps. Dans l'air doux calme, une minuscule lueur bleutée est apparue. Elle se déplaçait lentement, avec une grâce infinie.

Quel était donc cet insecte, qui ressemblait tant au duvet qu'un oiseau immaculé aurait perdu dans l'azur ?


Pour le savoir, il fallait l'attraper. Ce fut aisé, il ne volait vraiment pas vite. En revanche, sa manipulation s'avéra délicate, car il était trÚs fragile.


Phyllaphis fagi (enfin, je crois)

C'est un puceron laineux.
Contrairement aux apparences, il ne se laisse pas photographier facilement. A peine posé, à peine envolé. Et sa constitution délicate interdit toute contrainte.
J'ai essayé de l'enfermer dans une boîte et de le mettre un quart d'heure dans le frigo, histoire de l'engourdir et qu'il se tienne un peu tranquille.

Mais ça n'a pas marché.

dimanche 15 août 2010

Le cierge-de-notre-dame attire les capuchons-de-moine

Dans les bouillons-blancs, on trouve souvent de belles chenilles trÚs colorées :


Avec leur livrée jaune d'or et bleu pâle, on ne peut pas les manquer, d'autant qu'elles atteignent une taille respectable (six ou sept centimÚtres) :


Ce sont les chenilles de la Cucullie du bouillon-blanc. Au terme de leur développement, elles s'enfoncent en terre pour se transformer en un papillon de nuit plutÎt terne, qui porte sur le haut du thorax une crête de longs poils formant comme un capuchon, d'où son nom (cuculle est un terme qui désigne un capuchon de moine).

Comme souvent chez les papillons de nuit, l'adulte est nettement moins spectaculaire que la larve, et je crois que je ne saurais pas reconnaître une Cucullie si jamais j'en voyais une.

Jardindex,index des sites sur le jardin, le jardinage et les plantes